Fête de la Fraternité 09 : le discours de Ségolène Royal

Publié le par Désirs d'avenir 83

Royal entend "dépasser le PS" et créer "un mouvement puissant" (publié par le Nouvel Observateur / Photo AFP)

Pour la deuxième édition de sa fête de la Fraternité, la présidente du Poitou-Charentes a tenu à répondre aux critiques : "Je ne me sens pas seule". "Tout le pays attend" ce "mouvement puissant", a-t-elle lancé.



Ségolène Royal s'est voulue offensive, samedi 19 septembre, lors de sa deuxième fête de la Fraternité à Montpellier (Hérault). Appelant au "dépassement du Parti socialiste", l'ex-candidate à la présidentielle a souhaité créer un "mouvement puissant et accueillant" sur la base de son courant, Désirs d'avenir, alors que certains de ses soutiens au sein du parti ont pris leurs distances.
"Tous ensemble, avec tous ces jeunes de toutes origines, de tous horizons, syndicalistes, habitants des villes, des campagnes, intellectuels, acteurs engagés, associatifs, tous ensemble, tous les métiers, nous accompagnerons le dépassement du parti socialiste", a plaidé Ségolène Royal dans un discours de près d'une heure, très applaudi.  "Nous créerons ce mouvement puissant et accueillant que tout le pays attend", a-t-elle ajouté, exhortant le public à rejoindre "ce mouvement citoyen, Désirs d'avenir, dans lequel il n'y a pas d'enjeux de pouvoir".

"Je ne me sens pas seule"


Un an après son meeting festif au Zénith de Paris, alors qu'aucun responsable socialiste de premier plan n'avait fait le déplacement à Montpellier, la présidente de Poitou-Charentes a souhaité répondre aux critiques. "Je ne me sens pas seule", a-t-elle lancé, exprimant sa joie de voir les participants "si nombreux". "Le microcosme parisien (...) a entamé la mise en accusation répétitive et obsessionnelle de la solitude, comme si quelques notables de la politique en attente de jours meilleurs et allant faire leur marché ailleurs comptaient davantage que vous tous", a déclaré Ségolène Royal. "Quelque soient les scepticismes, les ricanements et même les menaces, soyons fiers du travail que nous faisons ensemble (...) pour donner envie à beaucoup d'autres, à des milliers d'autres, de nous rejoindre", a-t-elle poursuivi. "A nous ensuite de prouver qu'il y a une autre façon de faire de la politique humaine et efficace."

"L'insupportable mot taxe"

Sur le plan politique, Ségolène Royal s'en est pris au gouvernement, dénonçant une nouvelle fois la taxe carbone. "Les politiques sont perçus comme des marchands de mots, et le mot taxe, l'insupportable mot taxe, même rhabillé en vert, voilà le mot le plus rejeté, car c'est une contrainte de plus dans une vie qui devient si dure", a-t-elle martelé. "De la même façon que l'on risque de rendre l'écologie difficile en créant des taxes nouvelles, on risque aussi de galvauder ce mot magnifique de solidarité à force de l'invoquer sans mettre à bas les rentes des vrais privilégiés."

Evoquant la réforme des marchés financiers et le sommet du G-20, qui doit se tenir à Pittsburgh, aux Etats-Unis, jeudi et vendredi prochains, Ségolène Royal a fait trois propositions, à savoir "encadrer strictement les bonus, et même les interdire"; "mettre fin aux intolérables collusions, conflits d'intérêts, négligences (...) entre ceux qui soit-disant régulent et les banques"; et enfin, "recentrer les banques sur leur véritable métier".
"Ca veut dire interdire aux établissements financiers de proposer autre chose que des produits solides, robustes, bien identifiés et directs" et leur "interdire désormais de spéculer pour leurs fonds propres", a-t-elle précisé.

Voici également la vidéo de la première partie du discours de Ségolène Royal,
lors de la deuxième édition de la Fête de la Fraternité de Montpellier.
La seconde partie suivra demain...

Publié dans Ségolène Royal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article